À la découverte de nos produits

Huîtres, moules, coques et palourdes sont des produits typiques des côtes normandes. Leurs qualités nutritionnelles, souvent méconnues, en font des aliments incontournables pour la santé. Leurs qualités gustatives et la manière de les cuisiner sont synonymes de vacances et de convivialité. Leur culture réalisée par « des artisans de la mer », à la fois agriculteurs et marins, est axée sur la naturalité, le respect de l’environnement et bien sûr la qualité des produits.

Lenoir-Thomas vous ouvre ses portes, venez découvrir notre métier et cette philosophie de vie tournée vers la mer, rythmée par les marées et soumise à la force des vents.

Huîtres, moules, palourdes et coques font partie du patrimoine normand. L’ activité d’élevage est important dans la région, d’ailleurs la Normandie est l’un des plus grands producteurs conchylicoles français.


Les huîtres

Les plages de la côte ouest du Cotentin, exposées aux vents dominants et aux puissants courants des marées sont l’un des espaces de vie et de culture de ces goûtus coquillages. Les huîtres de Blainville-sur-Mer, comme ailleurs sur la côte ouest sont caractérisées par leur goût iodé et leur parfum corsé.

Les Huîtres  de Chausey, dont la distribution reste encore confidentielle, sont véritablement atypiques avec un merveilleux petit goût fruité : une curiosité à déguster. Ces huîtres dites « de haute mer », sont bien plus qu’un simple aliment, elles portent en-elles force et vitalité.

On les savoure d’une multitude de manières : juste après l’ouverture, natures ou agrémentées de vinaigrette et sauces en tous genres ou cuisinées de mille façons. Repas de fête ou sur le coin d’une table, accompagnées d’un petit verre de vin, elles sont toujours synonymes de convivialité.

Les huîtres sont reconnues pour leurs bienfaits au niveau de la santé. Vitamines C, oligoéléments aux vertus antioxydantes, antidépresseur, antifatigue,…la liste est longue. Source de protéines, elles sont très peu caloriques avec seulement 2 à 3 % de matières grasses. Et, autre qualité, 8 huîtres contiennent autant de calcium qu’un produit laitier. L’aliment rêvé !

Les huîtres de Normandie se consomment toute l’année. À noter qu’entre février et fin avril, elles sont plus denses et plus charnues. Lors de la période de reproduction, juillet-août, elles sont dîtes laiteuses, elles contiennent à cette période un pourcentage de glucides plus important. À chacun ses goûts.

IMG_2471

alban2-1


Les moules

Plat incontournable de bord de mer, les moules avec ou sans frites donnent un petit goût de vacances. Les moules de bouchot sont typiques de la côte ouest. Élevées sur des pieux, elles donnent ces paysages bien caractéristiques des plages normandes. Leur culture est joliment nommée la mytiliculture.

Comme l’huître, la moule est un aliment excellent pour la santé. Riche en protéines, elle a un pourcentage de lipides faible. Elle figure parmi les aliments ayant un taux élevé de calcium, magnésium, fer, zinc et sélénium. Vitamines B8, B12 et E, reconnues comme des antianémiques sont présentes en quantité dans leur belle chair jaune orangée, ce qui participe au maintien en bon état de la peau et des cellules nerveuses.

Alors pas d’hésitation, lancez-vous dans leur dégustation : marinière, au curry, en éclade sur les braises, en tapas, farcies…un joli plat pour vous réunir entre amis.

august


Les coques

Ce joli petit coquillage arrondi et nervuré offre une noix blanche accompagnée d’un corail orangé. Il s’élève en toute liberté enfoui dans le sable dans les zones de balancement des marées et des baies. Son élevage se nomme la cérastoculture.

La coque permet de délicieuses recettes, en marinière, en soupe, en persillades, avec de la crème en Normandie et pourquoi pas en risotto…

Comme l’huître et la moule, la coque est un aliment-santé, particulièrement riche en phosphore, fer et zinc, elle aide à combattre la fatigue et renforce les performances intellectuelles, physiques et les défenses immunitaires. Elle contient calcium, magnésium et fer et apporte des protéines et très peu de lipides.


Les palourdes

Une chaire fine et délicate caractérise les palourdes.

Du côté culture ou vénériculture, elles sont semées manuellement ou à l’aide d’une machine, disposées dans un enclos ou recouvertes d’un filet pour les protéger des prédateurs. Elles se développent dans le sable et sont récoltées vers 2 à 3 ans à l’aide d’une machine.

Ce coquillage est délicieux dégusté cru, il peut aussi être farci, cuisiné en soupe et se marier avec des spaghettis…

La palourde peut s’enorgueillir d’être le coquillage le plus énergétique, avec à son palmarès une grande quantité de fer et de vitamine B12 le tout accompagné d’un bel apport en protéines.

IMG_2295

Produits